FAIRE (RE)NAÎTRE LA DEMOCRATIE

Joe SpiegelCette présentation, proposée par Lucie, est aussi disponible sous forme de document .docx que vous pouvez télécharger.

Présentation du LIVRE :

FAIRE (RE) NAÎTRE LA DEMOCRATIE,

vers un nouvel engagement citoyen (chronique sociale)

Manifeste pour la refondation démocratique

1°Les auteurs:

Rédigé par un collectif d’auteurs, composé

d’un élu Jo SPIEGEL, maire de Kingersheim et conseiller régional

de deux directeurs de collectivités territoriales Jean LAVERSANNE et Patrick PLANTIER

et de deux consultants en stratégie publique Pierre-Olivier ARCHER et Guillermo MARTIN

2°L’esprit du livre:

L’enjeu de ce livre n’est pas de proposer un modèle, mais d’offrir une base de discussion, de susciter l’examen critique et de lancer le débat.

« Il est une invitation à débattre, enrichir, consolider et préciser nos propositions et la refondation démocratique qu’elles génèrent. Il veut interpeller pour les associer toutes celles et tous ceux qui comme nous désirent s’engager résolument pour faire (re) naître la démocratie ». (p112)

« Ce manifeste est un ouvrage citoyen au service du bien commun, nos propositions constituent une première démarche à débattre et à enrichir ». (4ème de couverture)

Il est un principe que traverse ce manifeste de bout en bout :

« POUR QUE LA POLITIQUE CESSE D’ETRE L’AFFAIRE DE QUEQUES UNS, IL FAUT QUE LA DEMOCRATIE DEVIENNE L’AFFAIRE DE TOUS. EN D’AUTRES TERMES , LE BULLETIN DE VOTE NE PEUT PLUS RESTER L’ALPHA ET L’OMEGA DE LA DEMOCRATIE »Jo Spiegel

3°Mon regard sur l’ouvrage

(Mes commentaires après une première lecture:)

*Je m’arrêterai plus particulièrement sur le texte de Jo Spiegel, c’est celui qui en tant que citoyenne m’a beaucoup touchée, d’autant plus qu’il a aussi été notre invité, lors des municipales à Molsheim. Il est, il me semble, arrivé à séduire une grande partie des personnes dans la salle avec son idée de « LA HAUTE EXIGENCE DEMOCRATIQUE » réellement mise en œuvre dans sa commune dont il est le Maire.

A tel point que, ce soir-là, une personne s’est levée et a déclaré, vouloir venir de suite habiter à KINGERSHEIM !

C’est aussi dans cette perspective que l’association ECHOS-CITOYENS est née : pour œuvrer vers un nouvel engagement citoyen dans le sens d’une « nouvelle démocratie » à faire naître à Molsheim.

Je vais essayer, dans ce cadre, de vous faire « goûter » un peu de ce que j’ai compris de sa démarche réfléchie , très élaborée et de sa philosophie qui me font rêver et dont je partage les fondements car elle est humaine et vivante.

4°Le contenu du livre

Chaque co-auteur aborde la question de cette démocratie à reconstruire sous un angle différent et fait des propositions concrètes et structurantes pour l’avenir.

Chapitre 1 : la haute exigence démocratique par Jo Spiegel

Chapitre 2 : une nouvelle politique de la citoyenneté par Guillermo Martin

Chapitre 3 : la fin du cumul des mandats par Pierre-Olivier Archer

Chapitre 4 : Une nouvelle organisation des pouvoirs locaux par Patrick Plantier

5°LA HAUTE EXIGEANTE DEMOCRATIQUE VUE PAR JO SPIEGEL

A ° – Après avoir fait le constat que les citoyens votent de moins en moins, que l’abstention se développe de plus en plus, que cela pose les questions de la représentation démocratique et de la souveraineté populaire, et qu’elle constitue bien plus une protestation qu’une adhésion, Jo Spiegel pose le problème de la non confiance des électeurs en la démocratie d’autant plus qu’ils ne voient guère , vote après vote, un début d’amélioration dans leur vie quotidienne !

Pour sortir de cette spirale destructrice dit-il, il nous faut impérativement construire une nouvelle forme de démocratie, plus participative, plus impliquante, plus active, plus exigeante . Trouver les moyens de mener, avant chaque décision publique, des démarches décisives de réflexion, de débat, de maturation, de concertation, de coproduction entre les élus et les habitants.

Cela passera, d’après lui, par un NOUVEAU PACTE DEMOCRATIQUE au sein duquel se recréera la CONFIANCE.

Ce pacte doit passer par un regain de sens et de crédit pour une démocratie de représentation qui doit se compléter tout le long d’un mandat d’une démocratie d’élaboration au profit de la décision collective et d’une démocratie d’implication au profit de l’action collective.

Pour cela nous devons nous mobiliser, dit-il, pour un parcours démocratique avec des processus de décision lents, interactifs et édifiants.

Ce travail minutieux est la condition nécessaire pour faire renaître progressivement le goût à chacun d’entre nous de redevenir et d’être un citoyen acteur, de et dans sa ville par exemple.

* des processus lents pour appréhender la complexité du sujet (il n’est pas de sujet simple lorsqu’il s’agit de l’Agir public) pour aller au fond des choses, et cheminer le temps qu’il faut avec tous (le Voisin, l’Aîné, l’Enfant qui joue celui qui héritera de la planète plus tard..).

* des processus Interactifs, pour rompre avec la verticalité, le côtoiement ou l’affrontement de vérités préétablies.

Car la démocratie d’élaboration nous incite à susciter les débats de plain-pied, la rencontre, la coproduction, la fécondation des points de vue, la fertilisation des regards, à constituer des allers-retours construits et réguliers, une convergence des avis, d’où qu’ils soient émis.

*La citoyenneté active se développera et s’exprimera d’autant mieux que travaillent ensemble, de plain-pied, des acteurs qui traditionnellement s’ignorent au mieux, s’affrontent au pire.

Dans ce même brouillement d’idée, se mêleront les rêves des uns, les indignations des autres, et l’engagement d’autres encore. Le processus démocratique dans ces conditions peut progresser et accoucher de décisions transformatrices (en réf.au livre de Baptiste FOUCAULD, les trois cultures du développement humain chez Odile Jacob, 2002).

N’est-il pas étonnant, dit Jo Spiegel que l’homme politique, l’habitant et l’expert s’activent aussi souvent à des moments différents et dans des démarches parallèles ?

Il conclut en disant « Parlons ensemble ; énonçons sincèrement ; écoutons l’autre et comprenons son point de vue. Laissons à la démocratie la chance de la fécondation et le bénéfice de la mise en relation »

* des processus édifiants, dans le sens que c’est dans une acceptation humble du pouvoir que l’on peut laisser émerger la parole de l’autre.

C’est dans cette quête que le « pouvoir sur » disparaît au profit du « pouvoir de » faisant de l’élu un ouvrier du mieux vivre ensemble, plutôt que le gestionnaire rigoureux qu’il dit être, le grand « bâtisseur des temps modernes » qu’il rêve de devenir.

Faire  «  avec » et non pas « pour » les gens ; plutôt qu’un  «  face à face » infantilisant, leur proposer un « côte à côte » exigeant; substituer au  «  tout ou rien », ou au consensus mou, « le plus ou moins » et le compromis dynamique.

B° – Après avoir expliqué les « principes fondateurs » (ou les caractéristiques essentielles ? Ou …) de la « haute exigence démocratique », l’auteur explique la manière dont ses principes sont mise en œuvre dans la commune de Kingersheim.

Ainsi, c’est en se basant sur ce canevas réfléchi d’une démocratie lente, édifiante et interactive, que le conseil municipal de Kingersheim a lancé :

LES ETATS GENERAUX PERMANENTS DE LA DEMOCRATIE en 2004

– LA MAISON DE LA CITOYENNETE, bâtie en 2006, s’offre ainsi comme une fabrique de responsabilité et de solidarité .Elle est à la démocratie ce que la forge est au forgeron. Elle est non seulement un lieu où se produisent les décisions mûries, mais aussi un lieu de transformation personnelle et collective. La démocratie a toujours à voir avec la construction de la personne et du bien commun.

-LES CONSEILS PARTICIPATIFS des outils nouveaux et stimulants éprouvés depuis plus de 10 ans.

Ils constituent la pierre angulaire de la démarche .Ils en assument la phase décisive de réflexion, de débat, de maturation et de coproduction. Ils réunissent de plain-pied, dès le commencement du processus de décision et le temps qu’il faut, tous les protagonistes qui auraient tendance à s’ignorer et donc à s’opposer : collège des élus et de leurs collaborateurs, les habitants volontaires et tirés au sort, les experts et les partenaires associatifs et socio-économiques.

Au nombre de 60 pour satisfaire aux exigences d’une haute qualité démocratique, les conseils participatifs sont créés chaque fois qu’un projet est mis en agenda par la ville dans le cadre du contrat municipal, ou par les habitants. Ils se constituent à l’issue d’une séquence d’information et de débat ouverte à toute la population.

Ils sont animés par des personnes ressources indépendantes de la mairie, considérées comme de véritables ingénieurs des débats publics.

Ils ont pour mission de programmer la formation initiale, de préciser le périmètre démocratique, d’interroger le sens, d’encourager l’émergence de la parole, l’examen de tous les paramètres (juridiques, budgétaires, etc.), de toutes les ressources (celle de l’usager, de l’expert, du gestionnaire), de toutes les cultures (celle de l’indignation, du rêve ou de la régulation…).

C° – D’autres idées sont développées par Jo SPIEGEL, comme la création d’universités de l’Agir public, qui se reconnaîtront non pas d’abord par un bâtiment bien identifié, mais dans les philosophies qu’elles professeront, philosophie de reconquête du vivre ensemble au profit de tous, philosophie de conquête de la solidarité verticale en direction des générations à naître.

D° – Pour terminer son chapitre, le maire de KINGERSHEIM parle de BONHEUR.

En organisant de nouvelles modalités pour la Politique dans son étymologie la plus sèche, c’est au bonheur de chacun que l’on travaille. Non pas un bonheur utopique, inaccessible .Non, un bonheur simple, impensé depuis trop de décennies, qui niche à la source des philosophies grecque, latine, monothéistes, et de tout ce qui nous a faits.

Je veux parler dit-il encore, du bonheur de décider ensemble de notre avenir commun.

Qu’attendons-nous, alors, pour nous lancer sur ce chemin de la démocratie, de participer au débat et d’agir ?

PS – parallèlement à la publication de ce manifeste, une association s’est créée, un site internet est ouvert** et une série de forums citoyens seront organisées dans plusieurs régions pour faire irruption dans le débat public et commencer à faire (re)naître la démocratie ». (4ème de couverture)

**ASSOCIATION FAIRE (re)NAÎTRE LA DEMOCRATIE

8 RUE DU BOIS FLEURI

37100 TOURS

www.revolution-democratique.fr

Une réflexion au sujet de « FAIRE (RE)NAÎTRE LA DEMOCRATIE »

  1. Ping : Faire (re)naître la démocratie | Echos Citoyens Molsheim

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>